Projet 2 Micolsylva FRANCE

Les champignons ont d’autre
part un rôle écologique essentiel.

Les champignons assurent un rôle essentiel dans les écosystèmes, en permettant l’alimentation en eau des arbres, en participant au recyclage de la matière organique, à la nutrition phosphatée, à la nutrition azotée des essences forestières. Ils ont également des rôles essentiels sur la régulation des phases de développement des arbres et sur leur protection contre les maladies. Il est encore très largement ignoré que les arbres ne pourraient pas vivre en forêt sans la présence sur leurs racines d’une communauté de champignons mycorhiziens.

Ces champignons, auxquels appartiennent les cèpes, les lactaires, les girolles, parmi les comestibles, forment avec les jeunes radicelles des organes mixtes-mi arbre, mi champignons- appelés mycorhize (« myco » = champignon, « rhize » = racine) qui constituent des zones d’échange entre l’arbre d’une part et le réseau de mycélium fongique d’autre part. Chaque espèce fongique présente sur le système racinaire forme un type de mycorhize. Il peut y avoir ainsi sur un même arbre cinquante, cent, cent-cinquante types de mycorhizes différentes. Ainsi, de même qu’un lichen est un organisme mi-algue, mi-champignon, on devrait comprendre que ce que l’on appelle un « arbre » est une réalité biologique constituée à la fois d’une plante et d’organismes fongiques. Quels sont les échanges entre les deux types d’organismes ? Ce sont des échanges « symbiotiques ». « Symbiose » signifie « la vie ensemble ».

Les deux « partenaires », les champignons mycorhiziens et leur arbre-hôte ne peuvent se passer les uns des autres. Les champignons bénéficient des apports de sève élaborée (et donc de substances carbonées comme les sucres) synthétisée par l’arbre dans ses feuilles, tandis que les champignons ramènent vers l’arbre l’eau, les minéraux, l’azote qu’ils sont allé chercher dans le sol grâce à leurs réseaux très denses de mycélium. Du point de vue de l’alimentation en eau, le mycélium très fin constitue une surface de contact très importante avec le sol, considérablement plus importante que la surface des seuls poils absorbants des arbres. Sans le mycélium, les arbres seraient bien incapables de trouver suffisamment d’eau pour vivre. (Du point de vue de l’évolution, on sait d’ailleurs que ce sont les champignons qui ont permis au plantes terrestres de coloniser les milieux terrestres.et qui leur permettent encore aujourd’hui d’y vivre).

Ainsi, si la croissance des arbres favorise le développement des champignons par le biais de la photosynthèse, le développement des champignons favorise en retour le développement des arbres. .Or, le bon développement des champignons, nécessaire donc à un bon développement des arbres, suppose que l’on respecte les sols forestiers. Ces sols ne doivent pas être tassés et les apports de matière organique doivent être réguliers et importants. Des dangers existent donc avec la mécanisation et avec les projets de prélèvements excessifs de matière organique.

MICOSYLVA FRANCE

Rôle écologique des champignons étudié ici à Marquerie

Les cèpes ont également un rôle écologique dans certains écosystèmes de Dordogne

Les descriptios d'un "sol cépier" en Corrèze (Laurent Pigou - CACG, Laurent Larrieu - CRPF INRA TOULOUSE

Étude d'un écosystème des Hautes-Pyrénées par le comité technique régional Micosylva Midi-Pyrénées (Gilles Corriol - conservatoire botanique)